Bio

Voir le portfolio

Née en 1982, vit et travaille partout et ailleurs.
Marie Lancelin participe à plusieurs expositions et résidences en France et à l’étranger.


>> Son travail a été montré lors d'expositions personnelles : en 2011 à Tripode à Nantes, en 2013 à la Galerie Stork à Rouen, en 2015 au Parc Saint Léger à Pougues les Eaux et à la galerie InExtensso à Clermont Ferrand dans le cadre du parcours Résonance de la Biennale de Lyon. En 2016, à Haus, lieu d'art contemporain à Nantes.


>> Il circule également lors de performances en solo ou collectives dans des institutions (Frac des Pays de La loire et centre d'art Parc Saint Léger, en 2015 - Musée Régional d'Art Contemporain, Sérignan en 2017) et a intègré des collections publics et privées.


>> Lauréate du prix des arts visuel de la ville de Nantes en 2012, elle à également bénéficié en 2012 de l'aide DICAM (Dispositif Innovation et Création artistique multimédia - DRAC pays de la Loire), en 2013, d’une aide à la création cinéma de la région des pays de la Loire et en 2016, de la bourse de recherche, aide à la création de la DRAC des Pays de la Loire. 


>> Engagée dans des projets collectifs, elle réalise aussi différentes collaborations. De 2008 à 2012, avec le collectif Pilottti (basé à Paris) pour la réalisation d’expositions et d’éditions. Puis avec LEndroit édition (basée à Rennes), Theophil’s Paper (basée à Bruxelles) et Grantègle éditions (basée à Nantes) pour la création de livres d’artistes.

>> À présent, elle collabore avec Camille Lancelin lors de performances et avec Antonin Pierre, musicien, pour l'élaboration de partitions et de créations sonores ou encore avec Guillaume Brunet, programmateur informatique, pour la création d’un langage codés (programme d'hypnose expérimental).


>> Aujourd'hui, elle travaille avec l’association 8,7 Production (basée à Nantes et à Paris) avec laquelle elle réalise son premier court métrage.

 

Notes - Extraits - 2017
" J’ai le désir de construire des zones de permutation, de déformation, de débordement; des zones de transcription, de transcodage, de traduction et de déchiffrage pour se comprendre et se confondre à la fois. Imaginer un langage partagé par une communauté, révéler l’individualisation de l’usage de sa langue, définir des systèmes de dialogues, trouver une musicalité sont autant d’idées qui me poussent à explorer les marges, les limites du langage et tout ce qui l’implique : pensée, sens, entendement, communication, échange, expérience esthétique et performative.

Je cherche des formes d’interactions, des points de rencontres entre des systèmes de codification et les possibilités de les actionner, de les faire éprouver et interpréter par d’autres logiques pour agir, penser, transformer à plusieurs.
Ainsi dans les performances, les oeuvres sonores, les films et les Workshop que je réalise avec différents collaborateurs (artistes, acteurs, performeurs, musiciens, étudiants...), j’imagine des procédés de lecture, d’écoute et de prise de parole, j’élabore une mécanique de signes, vocale, gestuelle, graphique, une écriture. Je crée des systèmes combinatoires et des dispositifs performatifs pour une expérimentation d’autres formes de conversations : des informations concrètes, cryptées, sensibles ; des savoirs et des émotions ; des échanges privilégiés, rapprochés, groupés, concentrés, à distance, parasités, truqués...."