Bio

Voir le portfolio

Vit à Paris et travaille partout et ailleurs.
A travers dessins, installations, vidéos et performances, Marie Lancelin imagine des langages géométriques cryptés s’incarnant dans des expérimentations collectives. Ses recherches l’ont menée à des croisements avec le cinéma, la poésie, les arts vivants mais aussi la parapsychologie (hypnose, télépathie), la cybernétique ou encore la science fiction. Elle collabore fréquemment avec d'autres artistes, danseurs, comédiens, musiciens ou concepteurs informatique.

Depuis, 2011, elle réalise des films expérimentaux ( 2016, Pattern / 2015, Encode A Message / 2014, Synesthésie et Psyché  / 2013, Things To Unfold / 2012, Logotypes 02/03, Logotypes 02/02 et Alphabet dicté / 2011, Dravolda), souvent liés à des dispositifs performatifs présents dans des expositions.
Actuellement, elle travaille avec 8,7 Production pour la réalisation de son premier court métrage (DEUA HAEIF).

En Duo depuis 2012, avec Camille Lancelin (sa soeur), elle réalise également des performances et des créations sonores. Leurs recherches explorent une abstraction et une musicalité du langage, la puissance physique des mots : leurs signes, leurs sens et leurs non-sens, leurs rythmes, leurs mouvements, leurs combinaisons.
Dans Gram (en 2016 au musée Régional D'art Contemporain à Sérignan), deux personnages, presque similaires, agissent en miroir, fusionnent puis se désynchronisent autour d'une forme géométrique disséquée. Dans V.O (en 2015, au Frac des Pays de La Loire) des voix conduites par une bande sonore envoutante et dissonante, ont tenté une expérience d’hypnose avec le public : de lourdes basses vibrantes, des battements lents et répétitifs orchestrent une tentative de communication non-verbale, les mots emmènent le public vers des jeux de concentrations, de fixations, de postures pour mener, par strates, à la chute imaginé d’un corps.
Actuellement, en résidence à Gouvernement (lieu transdisplinaire à Gent, en Belgique) elle prépare une expérience d'improvisation guidée par un ensemble de pattern sonores et chorégraphiques.

Diplômée de l'Ecole des Beaux arts de Nantes en 2006, Lauréate du prix des arts visuel de la ville de Nantes en 2012, elle a bénéficié de différents soutiens institutionnels en France (DICAM, Innovation et Création multimédia, DRAC France, aide à la création cinéma - Région des Pays de la Loire, FRAC, Centre d'art). Depuis elle participe également à des expositions et résidences en France et à l’étranger et a intégré récemment des collections publiques et privées.

 

Notes - Extraits - 2017
" J’ai le désir de construire des zones de permutation, de déformation, de débordement; des zones de transcription, de transcodage, de traduction et de déchiffrage pour se comprendre et se confondre à la fois. Imaginer un langage partagé par une communauté, révéler l’individualisation de l’usage de sa langue, définir des systèmes de dialogues, trouver une musicalité sont autant d’idées qui me poussent à explorer les marges, les limites du langage et tout ce qui l’implique : pensée, sens, entendement, communication, échange, expérience esthétique et performative.

Je cherche des formes d’interactions, des points de rencontres entre des systèmes de codification et les possibilités de les actionner, de les faire éprouver et interpréter par d’autres logiques pour agir, penser, transformer à plusieurs.
Ainsi dans les performances, les oeuvres sonores, les films et les Workshop que je réalise avec différents collaborateurs (artistes, acteurs, performeurs, musiciens, étudiants...), j’imagine des procédés de lecture, d’écoute et de prise de parole, j’élabore une mécanique de signes, vocale, gestuelle, graphique, une écriture. Je crée des systèmes combinatoires et des dispositifs performatifs pour une expérimentation d’autres formes de conversations : des informations concrètes, cryptées, sensibles ; des savoirs et des émotions ; des échanges privilégiés, rapprochés, groupés, concentrés, à distance, parasités, truqués...."